Toutes l'actualité économique et marketing du football et du sport. (Groupe FootEspagne)

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

vendredi 13 novembre 2020

Le Valencia CF enregistre des pertes nettes de 8 millions d'euros et retourne dans le rouge

Le Valencia CF enregistre un déficit de 8 millions d'euros en 2019-2020
Anil Murthy, président du Valencia CF. Image : Sports Finding.

La vente de Neto au Barça avait permis au club ché de faire son premier bénéfice sous l'ère Peter Lim en 2018-2019. Un an plus tard, les chiffres rouges sont de retour à cause de la Covid-19 et 2020-2021 sera pire.


La traversée du désert débute pour le Valencia CF. Avec sa saison ratée sportivement en Liga Santander l'année dernière qui l'a bouté de toute compétition européenne cette saison, l'avenir ne semble pas radieux dans les comptes du club. En 2019-2020, en raison de la pandémie, l'entité contrôlée par le Singapourien Peter Lim a terminé l'exercice avec un déficit net de 8,02 millions d'euros et prévoit un autre plus important cette saison, jusqu'à 26,4 millions d'euros, selon les comptes officiels auxquels FootEspagne a eu accès.


Une baisse de 7% du chiffre d'affaires net


Les raisons de ce retour dans le rouge sont imputables à la crise sanitaire qui a réduit les revenus ordinaires, mais aussi à une grande dépréciation du stade Mestalla dont la vente tarde encore. Ainsi, malgré les efforts fournis dans la vente de joueurs au cours de la campagne 2019-2020 (Jeisson Murillo, Simone Zaza, entre autres), les plus-values des cessions n'ont pas contribué à améliorer les revenus.


Au contraire, le club a connu une dépréciation de ses actifs corporels de 24,71 millions d'euros. Ce qui est très important pour être couverts par la cession d'actifs qui a rapporté 16,71 millions d'euros. Par conséquent, les plus-values se sont élevées à -8 millions d'euros. Pour corriger, ce revers, l'entité s'appuiera davantage sur la vente de joueurs cette saison pour ramener ce concept dans le vert avec 31,41 millions d'euros en 2020-2021. Cette politique s'est déjà vue sur le dernier mercato avec plusieurs départs effectués, comme Rodrigo Moreno, Ferrán Torres ou encore Francis Coquelin.



Par ailleurs l'activité ordinaire du Valencia CF a chuté de 6,8% au cours de la saison 2019-2020. Le chiffre d'affaires net est passé de 184,68 millions à 172,09 millions d'euros. La plus forte baisse enregistrée se situe au niveau des abonnements en raison de la fermeture des stades pendant le dernier tiers du championnat. Cette source de revenus a diminué 13,7%, de 14,46 millions à 12,48 millions d'euros.


Les revenus audiovisuels ont diminué de 4,73 millions d'euros par rapport à 2018-2019, soit -6%, tandis que les revenus de compétitions, alimentés par la billetterie libre et les paiements de l'UEFA ont chuté 8,2%, soit 60,81 millions d'euros récoltés.


À LIRE : Valencia CF : La Loi de « Murthy »


En revanche, les contrats de partenariats signés l'été dernier, notamment avec Puma et Bwin, en tant que fournisseur technique et sponsor principal respectivement, ainsi que Sailun Tyre et Libertex ont compensé les pertes subies dans la vente de merchandising et l'absence du tourisme. Ainsi, le club blanquinegro a pu minimiser ses pertes dans la commercialisation de ses actifs, avec seulement 0,45 million d'euros perdus (-1,8%) par rapport à 2018-2019.


Dans ce concept, on note de 20 millions d'euros récoltés dans le marketing contre 18,32 millions en 2018-2019 et 4,77 millions provenant des boutiques officielles contre 6,89 millions d'euros un an auparavant. Notons aussi que le club, contrairement au Sevilla FC, a suivi les recommandations de l'auditeur Ernst & Young en transférant les revenus et les charges du mois de juillet dans l'exercice 2020-2021, puisque la date de clôture de celui de 2019-2020 est le 30 juin.


Tentatives de maîtrise des charges


Avec l'arrivée de la pandémie, le conseil d'administration d'Anil Murthy a pu négocier une baisse des salaires avec l'équipe première. Ainsi, le club a pu baisser sa masse salariale de 6,93 millions d'euros par rapport à 2018-2019. Avec 109,54 millions d'euros, les rémunérations représentent 63,65% du chiffre d'affaires, ce qui est un bon indice pour le ratio d'efficacité.



L'entité a su aussi réduire ses autres charges d'exploitation de 22%, mais les pertes subies au niveau des plus-values en plus de l'effort fourni pour améliorer l'effectif l'année dernière ont entraîné le résultat d'exploitation dans le rouge, -7,73 millions d'euros. Les amortissements des immobilisations, directement liés à l'achat de joueurs ont augmenté de 20,6% par rapport à 2018-2019, soit -68,17 millions d'euros comptabilisés.


Toutefois, l'impact de la pandémie aurait pu être plus sévère si le club n'avait pas fait quelques mouvements comptables qui ont rendu difficile la lecture de son activité économique réelle. En plus de la détérioration du Mestalla qui se repose sur une prévision de non-respect du calendrier de la future vente du stade, l'entité a débloqué 33 millions d'euros qu'il avait provisionnés par le passé en raison d'une plainte déposée pour d'éventuels aides d’État.


À ces deux mouvements, il faut ajouter aussi une hausse des produits financiers (22,58 millions d'euros), qui pourrait résulter d'un éventuel allègement de la dette auprès de Bankia du fait de l'évolution de son business plan. L'augmentation des produits financiers de 6,04 millions d'euros en une année a pu atténuer l'impact des paiements d'intérêts (20,49 millions d'euros) et ainsi porter le résultat net à -8,02 millions. Sans ces opérations susmentionnées, le club ché aurait pu enregistrer un déficit net d'environ 50 millions d'euros, selon le média économique 2Playbook.



Un budget réduit de plus de 30%


Le Valencia CF a contenu comme il a pu l'impact de la première année pandémique mais la deuxième donnera probablement un reflet plus réaliste de la situation économique. L'absence de compétition européenne sera fortement ressentie au cours cette saison comme le montrent les revenus de compétitions qui vont passer 63,26 millions en 2019-2020 à seulement 2,32 millions d'euros en 2020-2021.


En outre, le club compte sur une réouverture des stades au cours de la saison, et attend 7,94 millions d'euros sur la collecte des abonnements. Un montant qui sera réduit de moitié par rapport au cours précédent en raison aussi du remboursement des matchs joués à huis clos après le confinement.


Malgré une augmentation attendue au niveau des droits audiovisuels, 89,39 millions d'euros budgétés, le chiffre d'affaires net est fixé à 118,91 millions d'euros, soit 64,59 millions de moins que ce qui était prévu en 2019-2020 et 53,18 millions par rapport à la clôture de ladite saison.



Par ailleurs, pour renforcer ses revenus, l'entité s'appuiera sur le mercato, ce qui s'est vu lors du marché de cet été et le récent transfert de Geoffrey Kondogbia à l'Atlético de Madrid. Les 41,03 millions d'euros attendus en plus-values laissent insinuer que le marché d'hiver sera probablement animé dans les bureaux du club blanquinegro. D'autant plus que la réduction de la masse salariale jusqu'à 88,85 millions d'euros, déjà entamée avec les départs des gros jetons comme Dani Parejo, semble l'affirmer.


Les amortissements estimés à -52,46 millions d'euros font également penser que le prochain marché des transferts ne sera pas seulement ouvert vers le sens des départs comme l'a été le précédent. Toutefois, malgré ces mesures prises pour minimiser le plus possible les charges, le résultat d'exploitation ne sera guère amélioré.


En plus de son niveau élevé d'endettement, reflété par les résultat financiers, -15,67 millions d'euros, le Valencia CF s'attend à un déficit net de 26,43 millions d'euros avant impôts lors de cette saison 2020-2021. Ce qui rappelle les premières années de l'actionnaire principal, Peter Lim.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot