Toutes l'actualité économique et marketing du football et du sport. (Groupe FootEspagne)

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

lundi 28 décembre 2020

Athletic Club : Le désaveu total des socios

Athletic Club : le camouflet d'Aitor Elizegi

Les socios délégués de l'Athletic ont désapprouvé dimanche la gestion du conseil d'administration au cours de la saison dernière ainsi que le budget de celle en cours. Un camouflet pour le président, Aitor Elizegi, critiqué sur la situation sportive du club.


Les dirigeants de l'Athletic Club de Bilbao ont joué la carte de la prudence économique, mais cela n'a pas été suffisant. Lors de la saison 2019/2020, fortement impactée par la crise de la Covid-19, l'entité biscayenne a clôturé ses comptes avec un déficit de 20,8 millions d'euros. Si ce trou n'est pas en soi une calamité pour un club qui présente une solidité financière exceptionnelle, la grogne des socios s'est plutôt tournée vers les résultats sportifs et principalement, vers le duo Garitano / Alkorta.


Les comptes de 2019/2020


Le premier coup dur des six heures de débats avec les socios est venu de l'approbation des comptes annuels de la saison dernière. Une campagne fortement perturbée par la crise de la Covid-19. Ce que le directeur financier, Jon Ander De Las Fuentes, n'a pas manqué de rappeler. Toutefois, la principale question des socios par rapport aux chiffres rouges qui ont clôturé cet exercice reste le niveau des dépenses.


277 voix pour et 439 voix contre, les socios de l'Athletic Club ont largement désapprouvé la gestion du conseil d'administration lors de l'exercice 2019/2020.


Le poids de la masse salariale est souvent revenu dans les interrogations alors que l'équipe ne s'est plus qualifiée pour une compétition européenne depuis trois ans. La dernière était sous la présidence de Josu Urrutia, une saison compliquée sportivement, qui au final, avait ouvert les portes d'Ibaigane (siège du club, NDLR) à Aitor Elizegi.


Malgré l'accord trouvé avec les joueurs durant la suspension des compétitions entre mars et juin, les salaires sont restés à un niveau élevé. Tandis que la Covid-19 a mangé 21,7 millions d'euros des revenus de la saison, les charges ont connu une augmentation de 5,37 millions d'euros par rapport au budget, dont 1,12 million imputé à la crise sanitaire.



La masse salariale totale est passée de 91,8 millions en 2018/2019 à 98,2 millions d'euros en 2019/2020, alors qu'au début de cette dernière campagne, le club avait budgétisé 92,2 millions. Une augmentation qui a interpellé pas mal de socios au cours des débats.


Pour autant, comme l'a souligné De Las Fuentes, la situation financière du club n'est pas périlleuse. Au contraire, depuis quelques saisons, l'Athletic a une comptabilité prudente, avec des provisions à long terme suffisamment conséquentes et une trésorerie solide pour assurer la solvabilité de l'entité.



Une réserve renforcée par Josu Urrutia en 2018 après la vente d'Aymeric Laporte à Manchester City pour 65 millions d'euros. L'ancien président, en quittant le club, avait laissé derrière lui une tirelire de 82 millions d'euros. La prudence d'Elizegi l'a augmenté jusqu'à 122 millions en 2018/2019. Mais avec la crise, le club a dû se servir de cette manne, qui en 2019/2020, est descendue jusqu'à 102 millions d'euros.


Toutefois, les explications du directeur financier n'ont pas convaincu des socios déterminés à mettre l'accent sur le rendement sportif de l'équipe et les errements d'un conseil, qui selon eux, est empêtré dans le mensonge et la mauvaise gestion.


Garitano et Alkorta


Le moment le plus fort de l'Assemblée Générale restera sans doute, l'intervention de la première socia, une certaine Maria, qui après le préambule sur les états financiers du club, a directement ouvert le débat sur Rafa Alkorta et Gaizka Garitano.



La gestion sportive a été la principale préoccupation et les résultats de l'équipe première ont été pointés du doigt. Le soutien « incompréhensible » d'Elizegi à l'entraîneur Gaizka Garitano a interpellé beaucoup de socios qui ne digèrent pas la situation sportive. Un fiasco expliqué en profondeur par LigActu dans un dossier spécial bilan des deux ans de mandat d'Aitor Elizegi.


Le mercato et les récentes déclarations du directeur sportif, Rafael Alkorta, ont été aussi soulevés. L'ancien défenseur du club et du Real Madrid a pris les rênes de la direction sportive à l'élection d'Elizegi, mais les errements au niveau de la gestion de l'équipe depuis plus d'un an agacent les fans leones.


Le cas du recrutement d'Álex Berenguer cet été ainsi que le transfert avorté de Javi Martínez ont été entourés de déclarations contradictoires. Au sein même du conseil, l'immunité des deux hommes divise. Elizegi maintient sa confiance à ses gestionnaires du sportif tandis que certains conseillers sont plus pessimistes sur leurs capacités à  renverser la tendance.


La nomination de Garitano en tant qu'entraîneur a été couronné de succès durant la première saison. Il a repris une équipe aux portes de la zone rouge en décembre 2018 et a réalisé une deuxième partie saison exceptionnelle. Une qualification européenne ratée à la dernière journée, mais la satisfaction était grande.



Cependant, la saison dernière a été plus compliquée avec une année 2020 très moyenne au niveau du jeu, de la tactique et des résultats. Malgré cela, l'Athletic s'est qualifié pour la finale de la Coupe du Roi, un match qui n'est pas encore disputé en raison de la pandémie. Alors que l'équipe a terminé à la 11e place en Liga, le bail du coach a été prolongé jusqu'à la fin de cette saison, qui également, est loin de répondre aux attentes pour le moment.


Le rejet du budget 2020/2021 et de l'animation des gradins


L'issue de l'Assemblée Générale était déjà prédite par certains socios qui, malgré la situation financière du club, n'arrivent pas à digérer la gestion sportive. En ce sens, la défiance a été totale envers le conseil d'administration.



59% des socios ont refusé d'approuver le budget de la saison en cours.


Dans sa prudence légendaire, le conseil n'a pas voulu masquer la réalité de l'impact de la crise sanitaire sur les comptes du club. Ainsi, les recettes et les charges du mois de juillet ont été transférées à la saison en cours pour respecter la date de clôture des comptes dans une Liga qui s'est prolongée jusqu'au 19 juillet.


Par conséquent, le budget 2020/2021 de l'Athletic Club comprend une partie des revenus de 2019/2020. Le chiffre d'affaires net sera cette fois-ci fortement soutenu par les droits audiovisuels qui sont estimés à 73 millions d'euros, soit une augmentation de 23,6%. Notons également que huit millions proviennent de l'exercice précédent.


L'autre proposition du conseil dans le budget était de garder 30% des cotisations des socios pour soutenir le club avec la fermeture du San Mamés au public. Une proposition rejetée en même temps par l'Assemblée Générale car, elle faisait partie de l'approbation du budget.



Au niveau des charges, la masse salariale a ressurgi, étant, normalement, le poste de dépense le plus élevé avec 92,6 millions d'euros prévus. Même si le conseil avait déjà annoncé que les joueurs étaient prêts à négocier une nouvelle baisse des salaires, le poids des rémunérations interpelle encore pour une équipe qui a des performances insuffisantes.


Au final, l'Athletic prévoit de clôturer 2020/2021 avec un déficit de 14,6 millions d'euros après que le gouvernement espagnol ait approuvé la demande des clubs sociaux de ne pas tenir compte des pertes causées par la Covid-19 dans le bilan de leur gestion. Une décision qui concerne uniquement l'Athletic, le Real Madrid, le Barça et Osasuna, les seuls clubs professionnels détenus par leurs membres.


Par ailleurs, le projet phare du mandat d'Elizegi était aussi soumis au vote. Le verdict a été plus serré que sur les deux premiers points. Avec seulement neuf voix de différence, la proposition de l'animation dans les tribunes à été également rejetée. Ce projet consistait à réaménager une partie d'une des tribunes de San Mamés pour permettre à des supporters d'assister aux matchs debout.



Le coût est estimé à trois millions d'euros selon Marca, mais les travaux ainsi que l'aboutissement de ce réaménagement obligent le déménagement de certains socios et abonnés vers d'autres places. Sa désapprobation semble être la conséquence de la défiance exacerbée des bilbainos envers leur conseil d'administration, car l'idée n'était pas déplaisante.


En somme, Aitor Elizegi a subi le désaveu total du peuple rojiblanco au cours de cette Assemblée Générale qui, en plus de l'année 2020 compliquée, restera dans l'histoire. Financièrement, l'Athletic est l'un des clubs les plus armés pour affronter la crise économique sur le long terme, mais les finances ne résument pas tout. Le jeu et les résultats restent avant tout l'essence du football.



Crédit photo de couverture : Athletic Club

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot