Toutes l'actualité économique et marketing du football et du sport. (Groupe FootEspagne)

Breaking

Post Top Ad

Your Ad Spot

13 févr. 2024

Multipropriété, Coppa Italia, Arbitrage : la Serie A prépare sa révolution

La Lega propose aux clubs un plan directeur pour renforcer le muscle économique du football professionnel italien

La ligue italienne de football propose d'ajuster le nombre de clubs professionnels, bien qu'elle refuse de réduire la première division à 18 équipes. Elle réclame également une plus grande autonomie vis-à-vis de la fédération et demande au gouvernement de lever le véto sur le sponsoring des bookmakers.


La Serie A met en avant un plan. Un plan directeur en 12 points et 26 pages, qui vise à retrouver sa force en termes de business et, en même temps, à garantir la durabilité économique de ses clubs. Parmi les mesures proposées figurent la possibilité d'incorporer un plafond salarial, comme c'est déjà le cas dans le football professionnel espagnol, et d'ajuster le nombre de clubs professionnels, mais sans réduire le nombre d'équipes de première division à 18, comme le souhaitent les grands clubs (Juventus, Milan, Inter et Roma).


L'Italie compte actuellement 100 clubs professionnels, puisque la Serie C (troisième division), composée de 60 équipes réparties en trois groupes, possède également ce statut. Pour la Lega, l'instance dirigeante du football professionnel italien, il est nécessaire de « repenser et d'élever les exigences des équipes participant aux ligues professionnelles », ainsi que de « revoir le nombre de promotions et de relégations dans les différentes ligues ».


À cet égard, les quatre grandes équipes susmentionnées sont favorables à la réduction du nombre de clubs de Serie A à 18, arguant -comme l'a fait la France pour approuver ce changement- qu'il n'y a pas autant de recettes (notamment avec les revenus audiovisuels) pour autant de clubs. En outre, ces équipes soulignent que l'augmentation du nombre de matchs européens à la suite de la réforme de la Ligue des Champions pourrait peser lourdement sur le calendrier et sur le risque de blessure des joueurs.


Au contraire, les 16 autres équipes, unies dans l'idée de ne pas réduire le nombre de places, affirment que le retrait de deux équipes de la première division entraînerait une réduction de la valeur de la télévision, qui, dans un premier temps, aurait moins de matchs à proposer, entre autres aspects. En ce qui concerne les compétitions, la Serie A étudie également la possibilité de reproduire l'idée de la NBA, à savoir un tournoi en cours de saison pour la Coppa Italia.


Une autre question en discussion est celle de la multipropriété. En Italie, il existe des hommes d'affaires qui possèdent à la fois une équipe en Serie A et une autre en Serie B ou en Serie C. Claudio Lotito, propriétaire de la SS Lazio, a dû vendre in extremis la Salernitana lorsque celle-ci a été promue dans l'élite. Quant à Aurelio De Laurentis, il contrôle à la fois le SSC Napoli et le SSC Bari (Serie B).


Pour mettre fin à ce conflit d'intérêts, la fédération italienne de football (Figc) a décidé que la multipropriété serait interdite en 2024, mais un appel du président napolitain a permis de prolonger le véto jusqu'en 2028/2029. Aujourd'hui, la Serie A envisage d'approuver ce système avec certains mécanismes pour assurer la durabilité des « secondes équipes » et favoriser les jeunes talents.


D'autre part, la ligue italienne s'est engagée, comme le demande déjà LaLiga en Espagne, à séparer les arbitres de la fédération. Et dans ce sens, à les considérer comme des professionnels en termes légaux et contractuels. De même, la Lega réclame une plus grande autonomie, tant vis-à-vis de la Figc que du gouvernement italien. Elle demande notamment le pouvoir de percevoir un pourcentage sur les paris et de lever le véto sur le sponsoring lié au secteur des jeux d'argents. La prohibition de la publicité des jeux d'argent a été introduit dans le pays avant la pandémie du Covid-19.


Plus récemment, la Serie A a été brisée par la fin des avantages fiscaux dont elle bénéficait pour la signature de joueurs étrangers. Cette mesure est également appelée à être supprimée dans le cadre de son nouveau plan directeur pour le calcio.



Crédit image de couverture : Lega Serie A.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Post Top Ad

Your Ad Spot